Merlin – Notes et commentaires (première partie)

Source: Le livre du Graal, sous la direction Philippe Walter, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 476, 498, 554), 2001-2009, 3 t.

Après le ton missionnaire présent dans le Joseph d’Arimathie, Merlin propose une tout autre direction dans sa narrative. Cela se justifie dans le contexte général de l’oeuvre par la racine celtique du personnage, mais aussi par la temporalité dans le récit.

En effet, il n’est plus question de conversion au christianisme: cette fonction ayant été déjà en grande partie accomplie dans le Joseph d’Arimathie, le roman se déroule en un milieu totalement chrétien et dès lors se concentre sur les conflits inhérents à cette mythologie, en commençant par la création du personnage de Merlin comme une tentative des démons d’en faire un antéchrist. La démarche pour l’engendrer passe d’abord par la destruction de la famille au sein de laquelle il va naître.

Cette première étape du roman établit une norme chrétienne et familiale qui est défaite par les actions des démons et de leurs serviteurs – lesquels, misogynie médiévale oblige, seront presque toujours des femmes. La folie est ici clairement traitée comme une frontière vers le négatif et la damnation. Le texte est par ailleurs assez explicite en ce qui concerne le grand-père de Merlin : après avoir perdu toutes ses bêtes, il “dist une fole parole que sa grant ire li faist dire”. Même si le texte se tait sur ladite fole parole, il penche clairement vers le blasphème et l’éloignement de la foi en Dieu. Ainsi, la folie incarne cette rupture avec le système de croyances de la société. On retrouve par la suite le leitmotiv de l’homme qui s’isole de la compagnie des gens et de la société.((page 576, paragraphes 5 et 6)) Ce comportement, nous le retrouvons aussi chez Yvain dans le Chevalier au Lion, chez le protagoniste du Dit du Lévrier et chez Tristan, pour n’en citer que quelques-uns.

Toutefois, pour le grand-père de l’enchanteur l’isolement ne fait pas partie d’un processus, mais d’un affaiblissement de l’âme: en s’éloignant de la société, il se met en position vulnérable pour les influences démoniaques. Il est tout de même fascinant de constater que l’isolement caractérise aussi bien les personnages en perdition que ceux en été d’illumination, car on le trouve aussi chez les ermites, dont Blaise est l’exemple principal. Là encore, on constate à quel point il est insuffisant de tenter de typifier la folie par les actions du fou: dans l’univers romanesque médiéval, la narration ressignifie constamment les actions en fonction de l’intention de son discours.

Ainsi l’enfantement de Merlin, marqué par la dispute entre les puissances infernales corruptrices et le pouvoir divin rédempteur, présente la folie comme le détournement du chemin divin. Il n’est pas question ici d’associer la folie au démon de manière explicite, mais d’en faire une pente glissante qui traîne les mortels vers leur perte.

Par ailleurs, force est de constater que la grand-mère de Merlin, définie dès le début comme quelqu’un appartenant aux démons et servant les puissances infernales, n’est jamais définie comme folle. Même si ses actions sont identiques à celles, historiques, que Maud Ternon a relevé dans son Juger le fou au Moyen Âge (infanticide et suicide), pour notre roman celles-ci relèvent moins de la folie du désespoir que d’un choix conscient dicté par le démon.

Nous explorerons davantage la narrative derrière la narration de la naissance de Merlin dans un autre billet, mais il est important de remarquer qu’après sa venue au monde (marquée par la victoire du pouvoir divin, qui le “dérobe” des démons – nous y reviendrons), sa nature magique et la dimension de ses connaissances vont forcer le texte à ressignifier encore sa définition de la norme, notamment pour pouvoir comporter les nombreuses extravagances et péripéties qui constituent l’archétype-personnage Merlin.

Joseph d’Arimathie – notes et commentaires.

“Vision de Joséphé”, BNF Français 113 (source: Mandragore)

Édition utilisée:

Joseph d’Arimathie, éd. et trad. Gérard Gros, dans Le livre du Graal, éd. Daniel Poirion et Philippe Walter, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 476), 2001, lxxvi + 1918 p.

Je tiens à préciser que les commentaires et mentions d’extraits ci-dessous ont simplement une fonction de référence à de futures réflexions, et ne sont en aucun cas l’aboutissement d’un raisonnement critique structuré.

D’emblée, certains éléments du texte indiquent que son ambition est de former un ensemble capable d’expliquer l’origine des différents éléments qui feront partie du Cycle du Graal en prose. Il s’agit en effet d’un diptyque dont le premier volet porte sur le voyage qu’entreprend Joseph d’Arimatie et sa suite à partir de Jérusalem vers la Grande Bretagne. Le second volet débute une fois le groupe arrivé sur l’île.

La première partie est marquée surtout par le contraste entre le petit nombre de chrétiens et l’écrasante majorité de peuples païens. La narration place des cerniers toujours en de positions de force séculière par rapport aux chrétiens, affichés comme un peuple migrant dont la direction à suivre est dictée par Dieu et les mène vers l’Ouest, reprenant ainsi l’idée de <i>translatio imperii</i> déjà bien connue dans la littérature du Moyen Âge.

La conversion y est présente, notamment sous la forme de la persuasion à travers la formule récurrente de l’interprétation des songes, d’abord par Joseph d’Arimatie, puis par son fils Joséphé. Ainsi, un personnage païen en position de pouvoir fait-il un rêve dont la symbolique lui échappe. Il appelle alors tous les sages de son royaume pour leur demander une explication de ces songes, ce qu’ils s’avèrent incapables de faire. Viennent alors les chefs spirituels des chrétiens qui, eux, sont capables de déchiffrer le rêve, obtenant ainsi la conversion du roi païen vers la nouvelle foi.

Ce premier volet relève plus d’une allégorie de l’histoire ecclésiastique que de l’univers arthurien à proprement parler. En ce sens, l’espace dans lequel évoluent les personnages se structure au gré de l’intention narrative et créent une géographie symbolique du discours qui les contient. Dans cette géographie, la mer est très présente. Les personnages sont fréquemment isolés dans des îles où se déroulent les péripéties.

C’est un facteur intéressant que de remarquer une inversion radicale par rapport à la dynamique habituelle du roman de chevalerie où le héros est caractérisé par sa mobilité: c’est en effet le chevalier qui, en se <i>mettant en advanture</i>, déclenche les événements et fait avancer l’histoire.

Or, cette première partie du roman est marquée par l’immobilité: l’individu, isolé sur son île/rocher au milieu de l’océan, attend que viennent à lui les différentes manifestations qui incarnent tour à tour les tentations, les “fausses croyances” et, bien sûr, la religion chrétienne. Celles-ci se présentent comme un ensemble formé par les nefs et leurs occupants, représentant l’ensemble de croyances qui transportent l’individu sur l’océan de l’existence. Il est possible de classifier les apparitions maritimes en deux groupes distincts:

I – Les nefs “habitées”, c’est à dire des embarcations occupées par une figure humaine ou monstrueuse dotée de voix. La narration se vaut des personnages occupant ces nefs pour illustrer leurs propos et catégoriser le type d’embarcation – de “loi” – que les protagonistes se compromettent à accepter afin de pouvoir quitter la précarité de leurs rochers. Nous y trouvons les nefs maudites, occupées soit par une figure féminine séductrice1, soit par le diable lui-même2 ou encore la nef de la philosophie, que l’on identifie aisément par le discours de son occupante3. Finalement, les nefs chrétiennes apparaissent avec un occupant qui va tantôt orienter, tantôt reprocher aux protagonistes de s’être éloigné de leur foi. Celles jouent ainsi un rôle fondamental d’actualisation et de justification des événements portés par la narration, mais aussi recentrent la dimension morale et interprétative du récepteur du texte.

II – Les nefs inhabitées ou occupées par des êtres non-parlants : c’est le cas de la Nef de Salomon, mais aussi de la nacelle où l’on plaça Célidoine et le lion. Cette dernière, bien comme d’autres nombreuses nacelles que le texte avance, renverraient au salut divin qui intervient sur le plan individuel, symbolisé par la petitesse de l’embarcation: incapable, selon toute raison, de se déplacer dans l’océan de l’existence, les nacelles sont menées par le vent et les courants à bon port. Quant à la Nef de Salomon, outre la symbolique expliqué dans le texte qui l’associe aux piliers fondateurs et unificateurs de la foi chrétienne, elle apparaît comme le pivot invisible selon lequel la chronologie du Graal évolue, car sa construction est ordonnée dans le but précis d’unifier l’univers biblique au chevaleresque, une fois que Salomon la fait construire pour “errer sur mer pendant plus de 4000 ans”, avec une épée qui ne pourra être tenue que par Galaad.

Ainsi, de la disposition de l’espace jusqu’à la chronologie confuse, tout s’articule autour de l’intention explicitement évangélisatrice de la narrative. Si dans le premier volet cette évangélisation se fait surtout par la parole et par l’intervention directe du pouvoir divin (en punissant les païens qui refusent la conversion), le deuxième volet prendra une tout autre tournure.

À partir du moment que les chrétiens débarquent en Grande Bretagne, le discours devient univoque: perçu comme une valeur civilisatrice, le christianisme est délibérément missionnaire et la conversion, une “salvation” qui doit être imposée sous peine d’expulsion.

Le premier volet se limitait à éloigner les barons qui refusaient le baptême, les passant sous silence pour privilégier les probations et aventures des héros convertis. En effet, en abandonnant leurs privilèges mondains pour suivre Joseph et Joséphé, Mordrain et Nascien sont surtout marqués par les épreuves successives de leur foi, renvoyant au registre de la chevalerie céleste par opposition à la chevalerie terrestre4. Leurs faits d’armes y sont certes présents, mais s’avèrent plutôt accessoires par rapport aux épreuves morales.

Tout cela change avec le contexte missionnaire du deuxième volet. Le texte du XIIIe siècle fait sentir son influence des croisades, d’abord en réduisant l’ampleur du terme “sarrasin”, qui jusque là avait demeuré assez vague5 se raffermit très vite pour désigner l’Islam comme religion dominante en Grande Bretagne, avec droit à une mosquée dans la ville de Camaalott! Les conversions en masse sont dès lors beaucoup plus associées à la prêche de Joséphé et de Joseph, tandis de Mordrain et Nascien – et plus tard Pierre – ont leurs rôles associés surtout aux fonction terrestres et chevaleresques une nouvelle fois.

La narrative rattache ainsi le mythe du Graal à l’initiative des croisades, tout en fusionnant – de manière assez vague, il faut le convenir – la chevalerie terrestre et la chevalerie céleste. On peur lui attribuer un rôle avant tout prophétique et cosmogonique de l’univers du Graal, mais qui souhaite en même temps inscrire ce dernier comme renfort et justificative de la guerre contre l’Islam en associant celle-ci aux origines-mêmes du christianisme.

Et la folie dans tout ça?

Notre lecture du <i> Joseph d’Arimathie</i> ne permet pour l’instant pas d’y trouver une manifestation de la folie qui s’accorde avec la dimension de tension narrative que nous avons (quoique très vaguement) avancé dans d’autres publications. En effet, la narration avance une hiérarchisation des discours centrée avant tout sur l’affirmation des principes chrétiens dans la mythologie du Graal. Cette intention évidente dans le texte fait la folie basculer sur un plan rhétorique similaire à celui que nous pouvons rencontrer dans le <i>Roman d’Alexandre</i>, c’est à dire un jeu de pistes entre la Vérité Majeure, cachée aux yeux du monde et qui se révèle seulement aux élus de la foi, et les faits terrestres selon lesquels vivent tous les “païens”.

Comme il est fréquent dans ce registre, la folie devient alors un concours de narratives. Nous avons dans le premier volet quelques allusions, notamment de la part des sarrasins qui voient dans les choix des chrétiens (abandon des biens terrestres, décision de demeurer dans des situations de difficulté, etc.) une “folie” qui s’associe souvent à la sottise. Pour le second volet, la folie renvoie surtout à l’égarement de l’âme. Cette “folie furieuse” ne renvoie pourtant pas tout à fait au registre sémantique de la folie à proprement parler, même si la traduction fait ce choix. En moyen français, on retrouve surtout les termes “fors del sens” ou encore “esragié”.

Il faut convenir que selon l’optique du texte, visant surtout a rehausser l’aspect chrétien de la légende du Graal, les folies chevaleresques – que Martin Aurell retrace jusqu’aux sources celtiques des légendes – semblent avoir été gommées. En poursuivant nos lectures avec le <i>Merlin</i> en prose, nous espérons voir progressivement cette teinte hagiographique s’immiscer de plus en plus avec les éléments romanesques plus traditionnels à la chevalerie et, par conséquent, la folie devenir un facteur plus nuancé.


NOTES MANUSCRITES:

  • p.159, par. 160 – la chevalerie terrestre qui devient chevalerie céleste : lien entre la “folie” du chevalier et celle de l’ermite ou du fou de Dieu?
  • p.238, par. 257 et avant – l’île tournoyante est-elle une réminiscence d’un texte grec (mesurée en stades)? À chercher, bien comme l’explication de son apparition grâce aux éléments. Il s’agit par ailleurs d’un paragraphe très mystérieux: “Toutes les aventures du Saint Graal ne seront connues de personne: il faut en passer beaucoup sous silence” – et, plus loin “Jésus Christ a écrit la Bible de ses propres mains, à l’exception de deux endroits” (Lesquels?)
  • p. 240, par. 259 – On parle de maudire celui qui ose écrire des mensonges sur le texte du Saint Graal – allusion au <i>Perceval</i> de Chrétien de Troyes?
  • par. 267 – l’épée, la chaise périlleuse et autres objets magiques sont souvent source d’exhortation. Comment ces objets s’articulent-ils autour de la notion de chevalerie et, surtout, de VANITÉ? Cela peut être mis en relation avec les autres chevaliers qui, aussi valeureux soient-ils, vont échouer dans la Quête du Graal?
  • p. 289, par. 317 – Emploi de la conversion à la chrétienté comme “folie” aux yeux de Label, roi des perses, qui sera par la suite converti par Célidoine.
  • p. 362, par. 391 – Le lit d’Hypocrate, “si rempli de pierres précieuses que personne n’aurait été assez malade pour ne pas recouvrer instintianément la santé en s’y couchant” (effet curatif des pierres précieuses par simple proximité mis ici en évidence)
  • p. 404-405, par. 436-437 – Lancelot et Galaad ont ici des natures troubles et changeantes dans la lignée : peut-on les associer à la nature trouble et changeante du fou? Il y a de toute évidence une différence entre le chevalier terrestre, stable serviteur de l’église, et le céleste qui est marqué dès le début par une sorte de probation/iniciation.
  • p. 421, par. 454 – Le refus de Nascien de rejoindre l’embarcation de l’émir est perçu comme de la “sottise”. Il semble que “sottise” et “folie” soient confondues librement quand les païens considèrent les choix des chrétiens.
  • p. 461, par. 499 – Duc de Colombe devient fou car il oublie Dieu et la Vierge.
  • p. 478, par. 519 – Agreste devient fou et commence à manger ses propres mains après avoir tué les compagnons de Joséphé et trainé, puis brûlé, une croix. La christianisation, posée comme civilisatrice par le texte,s’oppose à la folie diabolique (le diable est dit dans le corps d’Agreste dans le par. 516) – traduction par “folie furieuse” des termes “fors del sens” et “esragié”
  • p. 488, par. 528 – Origine du titre de “pêcheur” à tous ceux qui servent le Graal (Mordrain serait-il un roi pêcheur)?
  • p. 489, par. 529 – Dieux vénérés par les “sarrasins” de Grande Bretagne et de Brocéliande: Tervagant, Mahomet, Apollin et Jupiter.
  1. dans l’épisode de “Mordrain sur l’île rocheuse”, (p.190, par. 198-199) []
  2. épisode des messagers et de la demoiselle dans la maison d’Hypocrate, (p. 369, par. 400-401) []
  3. Je n’ai pas retrouvé l’extrait, à chercher d’avantage []
  4. p.159, par. 160 []
  5. le texte affirme qu’ils vénèrent les dieux Tervagant, Mahomet, Apollin et Jupiter (p.489, par.529) et les conflits du premier volet portent surtout sur la vénération des statues, faisant probablement allusion aux statues de l’antiquité et à la pratique des oracles. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search