Établissement du cadre analytique: Comment approcher la folie?

Avec Jean-Maris Fritz et Huguette Legros, nous avons déjà un bon travail de catalogation des différents genres de fous et des implications de la folie. Reste à savoir ce que nous devons prendre comme approche pour notre analyse. En effet, les implications des textes sont très différentes: Dans les Folies Tristan d’Oxford et de Berne, déjà, il est question de deux tons différents. La Folie de Berne propose un cadre plutôt comique dans lequel le rire se situe surtout dans les échanges entre le héros déguisé et le roi Marc, tandis que le texte d’Oxford présente un enjeu plus moral et centre son commentaire à plusieurs reprises sur la translation de la folie de Tristan vers ceux qui ne parviennent pas à le reconnaître. Il en va de même pour Lancelot qui, dans chacun de ses accès de folie, aura un comportement différent et un retour à l’esprit également spécifique à chaque épisode.

Ainsi, si la folie feinte est plutôt une ruse, comme le décortique Gabriela Tanase1 et la vraie folie constitue un bouleversement, voire une convulsion du héros dans son cadre archétypal, le dénominateur commun du nonsense ou de l’inversion des valeurs reste de mise dans tous les cas. Tanase elle-même reconnaît les pièges que cette approche nous tend. Dans son cas, pour ce qui est des masques et de la représentation des rôles dans les textes:

Ainsi, les valeurs de déguisement sont diverses et il est parfois difficile de distinguer ce qui a trait à la contrefaçon d’identité d’avec ce qui représente en fait une stratégie d’élaboration de l’oeuvre littéraire.”2

Ce qui reste à faire: le changement du cadre d’études pour partir d’un nouveau référentiel et expliquer comment cela pourrait nous aider dans la discussion (l’étude des cas particuliers et une unification de l’approche, plutôt que son éclatement).

  1. TANASE, Gabriela. “Jeux de masques, jeux de ruses dans la littérature française médiévale (XIIe – XVe siècles)”, Paris, Honoré Champion, 2010, 381 p. []
  2. Op. Cit. pp. 17-18 []

Un peu, beaucoup, passionnément… à la folie !

Penser la folie est toujours un défi, quelque soit la période sur laquelle on s’attarde. Le fou est par excellence un personnage d’autres lieux, d’autres temps, d’autres mondes. Son altérité vient du fait que le qualificatif de “fou” n’a de sens qu’en opposition à la norme de celui qui le regarde. Or les regards portés sur les fous sont aussi multiples que les fous eux-mêmes, et même en supposant cette déclinaison au cas par cas, nous ne nous en sortons toujours pas car il reste toujours la question de la folie. Comment le fou existe-t-il dans sa folie?

Le Moyen Âge connaît bien ses fous: Ils sont chantés et chanteurs, prophètes et ingénus, mystérieux et simplets, ils peuplent les romans aussi bien que les textes sacrés, la vie quotidienne des villes, les bois et les cours royales, l’imaginaire tout comme le monde réel. Le regarder, c’est non seulement tenter d’appréhender les craintes qui habitaient un monde en presque tout différent du nôtre, mais aussi inspecter d’autres univers du possible car le fou, si souvent moqué et isolé quand il est considéré comme atteint d’une quelconque malédiction divine ou magique, peut aussi être l’élu de Dieu et porteur d’une sagesse qui dépasse l’entendement des gens normaux, comme le dit Philippe Ménard:

“La sagesse des hommes sensés est parfois à courte vue, alors que les fous voient haut et loin”1

Il s’agit alors de se lancer à la tâche. Fort heureusement pour nous d’autres se sont déjà aventurés dans cette Silva oscura pour nous donner des fils conducteurs sur lesquels structurer notre enquête. Ainsi les travaux de Jean-Marie Fritz2 , Huguette Legros3 , Martine Clouzot4 , Claire Kappler et Suzanne Thiolier-Méjean5 forment les fondations sur lesquelles je tenterai de construire mes bringuebalantes recherches dans l’espoir de, peut-être, contribuer avec ma petite brique à cet incertain temple qu’est celui de la folie au Moyen Âge.

Mais je me devance. Il faut d’abord penser à la thèse, faire le premier pas. C’est en comptant sur la patience et la gentillesse de Francis Gingras et Richard Trachsler que le parcours de folie commencera par une étude des cas dans la vulgate arthurienne, avec l’étude de Tristan, Lancelot et Perceval, entre autres noms qui résonnent autant par leur valeur que par leur projection. Cela va de soi qu’il me faudra chercher d’autres textes (la folie n’a pas de limites!), mais quel meilleur endroit pour démarrer le périple qu’à l’ombre des tours de Carduel, au pied les pentes enchantées de la colline de Salisbury ou encore perdu dans les forêts féeriques du pays des Cornouailles?

Il est temps de franchir la porte et faire le premier pas.

  1. MÉNARD, Philippe. Les fous dans la société médiévale : Le témoignage de la littérature au XIIe et au XIIIe siècle, dans Romania, tome 98 no392, 1977, pp. 433-459. []
  2. FRITZ, Jean-Marie. « Le Discours du fou au Moyen Âge : XIIe – XIIIe siècles. Étude comparée du discours littéraire, médical, juridique et théologique de la folie », Paris, Presses Universitaires de France, 1992, 413 p. []
  3. LEGROS, Huguette. « La folie dans la littérature médiévale : étude des représentations de la folie dans la littérature des XIIe, XIIIe et XIVe siècles », Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2013, 555 p. []
  4. CLOUZOT, Martine. « Musique, Folie et Nature au Moyen Âge : les figurations du fou musicien dans les manuscrits enluminés (XIIIe-XVe siècles) », Berne, Peter Lang SA, 2014, 489 p. []
  5. Kappler C., Thiolier-Méjean S. (dir), « Les fous d’amour au Moyen Orient-Occident », Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques du Spirituel », 2007, 425 p. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search