Merlin – Notes et commentaires (première partie)

Source: Le livre du Graal, sous la direction Philippe Walter, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade, 476, 498, 554), 2001-2009, 3 t.

Après le ton missionnaire présent dans le Joseph d’Arimathie, Merlin propose une tout autre direction dans sa narrative. Cela se justifie dans le contexte général de l’oeuvre par la racine celtique du personnage, mais aussi par la temporalité dans le récit.

En effet, il n’est plus question de conversion au christianisme: cette fonction ayant été déjà en grande partie accomplie dans le Joseph d’Arimathie, le roman se déroule en un milieu totalement chrétien et dès lors se concentre sur les conflits inhérents à cette mythologie, en commençant par la création du personnage de Merlin comme une tentative des démons d’en faire un antéchrist. La démarche pour l’engendrer passe d’abord par la destruction de la famille au sein de laquelle il va naître.

Cette première étape du roman établit une norme chrétienne et familiale qui est défaite par les actions des démons et de leurs serviteurs – lesquels, misogynie médiévale oblige, seront presque toujours des femmes. La folie est ici clairement traitée comme une frontière vers le négatif et la damnation. Le texte est par ailleurs assez explicite en ce qui concerne le grand-père de Merlin : après avoir perdu toutes ses bêtes, il “dist une fole parole que sa grant ire li faist dire”. Même si le texte se tait sur ladite fole parole, il penche clairement vers le blasphème et l’éloignement de la foi en Dieu. Ainsi, la folie incarne cette rupture avec le système de croyances de la société. On retrouve par la suite le leitmotiv de l’homme qui s’isole de la compagnie des gens et de la société.((page 576, paragraphes 5 et 6)) Ce comportement, nous le retrouvons aussi chez Yvain dans le Chevalier au Lion, chez le protagoniste du Dit du Lévrier et chez Tristan, pour n’en citer que quelques-uns.

Toutefois, pour le grand-père de l’enchanteur l’isolement ne fait pas partie d’un processus, mais d’un affaiblissement de l’âme: en s’éloignant de la société, il se met en position vulnérable pour les influences démoniaques. Il est tout de même fascinant de constater que l’isolement caractérise aussi bien les personnages en perdition que ceux en été d’illumination, car on le trouve aussi chez les ermites, dont Blaise est l’exemple principal. Là encore, on constate à quel point il est insuffisant de tenter de typifier la folie par les actions du fou: dans l’univers romanesque médiéval, la narration ressignifie constamment les actions en fonction de l’intention de son discours.

Ainsi l’enfantement de Merlin, marqué par la dispute entre les puissances infernales corruptrices et le pouvoir divin rédempteur, présente la folie comme le détournement du chemin divin. Il n’est pas question ici d’associer la folie au démon de manière explicite, mais d’en faire une pente glissante qui traîne les mortels vers leur perte.

Par ailleurs, force est de constater que la grand-mère de Merlin, définie dès le début comme quelqu’un appartenant aux démons et servant les puissances infernales, n’est jamais définie comme folle. Même si ses actions sont identiques à celles, historiques, que Maud Ternon a relevé dans son Juger le fou au Moyen Âge (infanticide et suicide), pour notre roman celles-ci relèvent moins de la folie du désespoir que d’un choix conscient dicté par le démon.

Nous explorerons davantage la narrative derrière la narration de la naissance de Merlin dans un autre billet, mais il est important de remarquer qu’après sa venue au monde (marquée par la victoire du pouvoir divin, qui le “dérobe” des démons – nous y reviendrons), sa nature magique et la dimension de ses connaissances vont forcer le texte à ressignifier encore sa définition de la norme, notamment pour pouvoir comporter les nombreuses extravagances et péripéties qui constituent l’archétype-personnage Merlin.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Filipe de Zanatta Santos (31 juillet 2020). Merlin – Notes et commentaires (première partie). Un peu, beaucoup, passionnément... à la folie ! Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/osj4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search